Chaque manifestation sportive d’importance- d’autant plus les jeux olympiques- est non seulement la source de toutes puissantes fraudes et de corruptions (culturelles, idéologiques, économiques, sportives), mais aussi une atteinte majeure aux droits des citoyens (interdiction d’utiliser des moyens de communication, contrôles, mise en danger de l’environnement, soumission par la force à une idéologie sportive, etc, etc ). Protester dans ces conditions contre son déroulement est aussi peu rationnel que d’accuser la pluie d’arroser telle ou telle ville. Et pas seulement : tout comme les « marchés de Noël »commencent chaque année de plus en plus tard, peut-être pour imposer toute l’année une atmosphère de Noël, il faut remplir le temps de marketing olympique en dehors même de l’époque où se déroule cette splendide fête sportive – les protestations contribuent magnifiquement à cela (entre autres : les images de manifestants habillés « made in China »avec des drapeaux chinois, tibétains, et d’autres drapeaux « made in China »se jetant sur une sportive handicapée « made in China »).

L’empire commercial du Dalaï Lama, les marchands chinois et la mafia sportive se frottent les mains.
Ce qui est appelé aujourd’hui- c’est un euphémisme- sport appartient, avec la pop musique et ce qu’on nomme de manière inexacte l’art visuel, de même que la politique des états nationaux, la publicité, les médias de masse ainsi que les médias individuels, sous toutes leurs formes, à une activité désignée de manière globale sous le terme de « showbusiness ».
Leur trait commun est le fait d’être à la mode, engagé, et surtout « politically correct » ; cela assure un maximum d’audience et donc de hauts profits. Les hauts profits n’ont pas de sens en eux-mêmes, ils servent à guider la marche du monde.
On organise ainsi d’immenses concerts pour ou contre tel phénomène( contre la faim, pour la liberté et les droits de l’homme), l’étiquette du caritatif et de l’engagement permet de maximaliser les profits (à cause des droits de transmission, la télévision ne refuse jamais la pop musique engagée du fait de la forte audience assurée aux médias de masse par une icône vide de toute idéologie), les manifestations sportives sont à nouveau des fêtes de l’entente entre les peuples, et les artistes expriment des valeurs qui sont universellement compréhensibles (tout comme on détruit des monuments que l’on a du mal à comprendre et met à leur place des monuments beaucoup plus compréhensibles).
L’absence de rationalité est la conséquence d’une civilisation basée sur la rationalité.
Les droits de l’homme on perdu au 21 ème siècle toute leur dimension individuelle et sont devenus une source de show business, lequel réduit les droits des citoyens ou non-citoyens, ou les piétine complètement.
Etre à la mode, engagé, « politically correct », signifie être compréhensible dans le sens où je ne simule pas, où je comprends. L’incompréhension est le préalable à la compréhension de ce monde où l’absence d’expériences personnelles fait de n’importe quelle considération une pensée à la mode; la mode qui est le dernier guide dans ce monde. Ce monde est un stade de football, un stade olympique ou de concert, dans lequel les protagonistes donnent au travers de cérémonies un sens au monde.


Quel Sport